A christmas carol


Coucou !

Pour mon challenge Un mois, un thème j'ai décidé de lire un second conte vu que le premier (voir Inititation) m'avait fortement déplu. Quoi de mieux qu'un conte de Noël pour cette période ? Je n'avais que celui-ci sous la main et ça faisait une éternité que je ne l'avais pas lu, depuis la primaire en fait. Autant dire que ça date puisque samedi j'ai fêté mes 35 ans ^^
Mais d'abord le résumé : 


Parmi tous les marchands de Londres, Ebenezer Scrooge est connu comme l'un des plus riches et des plus avares. Ce vieillard solitaire et insensible vit dans l'obsession de ses livres de comptes. Ni la mort de son associé, Marley, ni la pauvre condition de son employé, Bob Cratchit, n'ont jamais réussi à l'émouvoir.

De tous les jours de l'année, celui que Scrooge déteste le plus est Noël. L'idée de répandre joie et cadeaux va définitivement à l'encontre de tous ses principes ! Pourtant, cette année, Scrooge va vivre un Noël qu'il ne sera pas près d'oublier...

Tout commence la veille de Noël, lorsqu'en rentrant chez lui, Scrooge a d'étranges hallucinations. Le spectre de son ancien associé lui rend la plus effrayante des visites, et lui en annonce d'autres, aussi magiques que troublantes...
Scrooge se voit d'abord confronté à l'Esprit des Noëls passés, qui le replonge dans ses propres souvenirs, réveillant en lui des blessures oubliées et des regrets profondément enfouis...

♣♣♣♣♣♣♣♣

Une histoire qu'on connait certainement tous pour l'avoir au moins vu en film ou en dessin animé. D'ailleurs je me souvenais surtout des versions Disney. Je m'y suis donc replongée avec plaisir.
Sur le coup j'ai été surprise par l'écriture, il y a pas mal de vieux français (ou vieil anglais), des expressions qu'on n'entend même plus. Mais on s'y fait vite. L'histoire est contée par un narrateur inconnu, il faut savoir qu'à l'époque Dickens avait plus en tête de montrer du doigt les travers de l'économie que d'écrire un conte. Cependant c'est l'une de ses oeuvres les plus connues et il parait même qu'elle a sauvé les congés de fin d'année des griffes de sombres Calvinistes. Disons que ça, c'est pour notre culture G ;)

Le conte est donc sous forme de pamphlet en cinq parties. La première nous présente Scrooge, un personnage détestable, grincheux, avare, égoiste, cynique... Bref une espèce de version masculine de tatie Danielle. Il ne supporte rien et encore moins Noël parce que tout le monde est trop heureux à son goût. On ne sait même pas dans le fond si ça lui plait de casser la gaieté des autres en ce jour puisqu'il n'est jamais content de toute façon.
Et voilà que le 24 au soir, l'esprit de son ancien collaborateur débarque, trainant ses chaines et l'informe que trois esprits vont venir le voir, qu'il devra les écouter s'il ne veut pas finir comme lui à errer pour l'éternité en trimballant son boulet. La suite, vous la connaissez ou alors il faut vite vous y mettre ! C'est culte, quand même :)

Je suis une fan de Noël, c'est ma fête préférée. C'est tellement magique, et puis il y a toute cette effervescence et euphorie qui nous prend dès la préparation du sapin ou l'achat des cadeaux, jusqu'au jour J. Pour moi c'est THE fête. Alors comme tous les protagonistes, je ne comprends pas comment on peut ne pas aimer Noël ! Là, j'ai redécouvert pourquoi Scrooge est devenu aussi grincheux et ça m'a fait réfléchir. Il se passe tant de choses dans nos vies, à commencer par devenir adulte, qu'on peut facilement perdre de vue le plus important : savoir apprécier les petits plaisirs qui s'offrent à nous. Un peu de soleil en hiver, le rire d'un enfant, le coup de fil d'un proche, un bon chocolat chaud avec son chat qui ronronne sur les genoux... Toutes ces petites choses auxquelles on ne fait plus trop attention parce qu'on a reçu les impôts, parce que le boulot nous gonfle etc. L'argent ne fait pas le bonheur ! Certes, on en a tous besoin mais il ne doit pas devenir notre maître. J'ai l'impression que ce sont les messages de Dickens, ou en tout cas c'est ce que je reçois en lisant ce conte. Son message est intemporel ! Malheureusement...

Il y a des passages touchants. La vision de Scrooge si seul enfant, le petit Tim qui est malade, l'employé de Scrooge qui se démène et ne baisse jamais les bras sauf à la mort de son fils... Scrooge lui même en devient touchant à la fin. Ah si seulement les esprits de Noël pouvaient visiter tous les sales types du genre...

Si vous avez des enfants, offrez leur ce livre et lisez le ensemble, dans cette version ou une adaptée pour eux. Et si vous n'en avez pas lisez le vous même. Laissez vous envahire par l'esprit de Noël et vous aurez encore plus envie de le fêter cette année, c'est sur !


Bisous et à très bientôt






Commentaires

  1. Très beau compte et belle histoire en effet. Je n'ai pas lu le livre, mais j'ai vu le film/dessin animé sous différentes versions.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La cave

Normal(e)

Swap zombies