Les bottes de Clint Eastwood





Coucou !

J'espère que vous passez un bon dimanche ! Hier j'ai lu le roman que j'ai reçu grâce à Babelio Masse Critiques. Merci aux éditions Le Passage. 
Voici le résumé :


Prix broché : 17 €


Didi, c’est pas le genre de femme à s’embarrasser de principes. Ce qui l’ennuie, ce n’est pas de tromper son mari, c’est de devoir chercher son plaisir. Comme si quelqu’un s’amusait systématiquement à le planquer. Et à vous de le trouver !
Mais quand ledit mari meurt subitement, cela l’affecte plus qu’elle n’aurait cru. Son David, artiste bottier de son état et si piètre amant qu’elle n’en avait que plus d’appétit pour les autres, lui manque soudain cruellement. Les copines l’ennuient, les autres hommes n’ont plus le même goût… et la belle-mère a perdu les pédales au point de lui demander conseil sur sa propre vie sexuelle.
Alors, Didi jette dans le coffre de sa voiture les bottes que David avait façonnées pour Clint Eastwood, bien décidée à trouver où habite la star et à les lui enfiler.

Car depuis la mort de David, quelque chose a cessé de briller dans les yeux de Didi. Quelque chose qu’elle-même ignorait être là.

♣♣♣♣♣♣♣♣

Je m'attendais à un livre drôle et à un road trip. Je n'ai trouvé ni l'un ni l'autre. Certes, l'humour est quelque chose de propre à chacun donc je dirais surtout que je suis passée à côté. 

Décalé, ça oui, le roman l'est. Cru et brut aussi. Pas très étonnant en un sens puisque cette histoire narrée par une femme est écrite par un homme. Ça arrive autant que des hommes à la sensibilité trop féminine car dépeints par des femmes. Pas une critique, juste un fait. Il faut donc vous y attendre avant de lire ce roman. 

Je n'imaginais pas Didi si... antipathique. Libre, dénuée de gêne, clairement nympho, ok, mais surtout : pas agréable du tout. Et rien à voir avec la mort de son mari, c'est juste une "sale meuf". Donc, évidemment, j'attendais le moment où elle allait retrouver un brin de conscience, d'humanité mais, en vain. 

Presque pareil pour l'histoire des bottes. Elle en parle vite fait en milieu de livre, mais elle ne les fou dans son coffre pour trouver Clint Eastwood qu'à la 140e page !!! En lisant le résumé, je pensais vraiment qu'elle allait être sur les routes et que ce serait une sorte de voyage initiatique, remise en question de sa vie blablabla. Bah non, nada. Didi, mis à part forniquer et en parler, elle ne fait pas grand chose dans le roman. Même quand elle parle de servir à boire, elle compare ça à du cul. Mince... Et le pire c'est une scène avec un coton tige. Là, vraiment, je suis restée sur le cul. Une page pour raconter comment elle se le fou dans la bouche pour le mouiller et se fait mal à la langue à force de le frotter, pour ensuite deux pages sur les techniques sur comment se le fourrer où je pense. Erm... Je veux bien être ouverte, mais même en cherchant sur le net je n'ai rien trouvé sur cette pseudo pratique, à part quelques échanges d'ado pucelles. Je me suis donc retrouvée encore plus interloquée. 

Bref, voilà le niveau de l'héroïne et, malheureusement, du roman. Pourtant le scénario était original et j'avais vraiment hâte de le lire. La seule chose que j'ai appréciée est qu'il se lit très vite. Déception donc, dommage. 

Bisous !! 

Pas de casting. Ou alors Scarlett Johansson, vu que je l'aime pas ahah 

Commentaires

  1. Bonjour, si vraiment dans le chapitre du coton-tige vous n'avez vu qu'un coton-tige, et que la seule chose qui vous importait à ce moment-là c'est de savoir si cette pratique existe ailleurs que chez Didi, et si vous n'y avez pas vu le désarroi et la souffrance de Didi, je comprends pourquoi vous n'avez pas trouvé un brin d'humanité chez elle. Au passage, Europe 1, qui en a fait son livre du jour, parle "d'une très belle histoire d'amour". Celle-ci a dû vous échapper également. Ça arrive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, effectivement à chacun sa sensibilité. Je n'ai pas du tout trouver d'amour dans cette histoire malheureusement. Tant mieux si d'autres aiment votre roman, c'est d'ailleurs une chance que nous n'ayons pas tous les mêmes goûts.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La cave

Normal(e)

Swap zombies