jeudi 29 octobre 2015

Nos étoiles contraires


Coucou !

Je me suis enfin lancée dans ce roman dont j'ai tellement entendu parler. Je ne voulais pas le lire parce que des ado cancéreux, ça ne me faisait pas rêver et surtout, j'avais peur de passer mon temps à pleurer. Il est sorti quand ma (belle) mère était malade, elle n'a pas survécut à ce monstre, alors j'avais encore plus peur de le lire. Mais voilà, à force de le voir sur ma liseuse, j'ai pris mon courage à deux mains et je l'ai dévoré. Et il rentre dans le challenge un mois, un thème
Avant de vous en parler plus, voici le résumé pour ceux qui ne connaissent pas encore :



Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… Les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

♣♣♣♣♣♣♣♣

Ce ne sera pas une découverte pour beaucoup, certains l'auront lu, d'autres auront vu le film, ou les deux mais dans le cas où, comme moi, vous auriez échappé à cette histoire, je ne dirais qu'une chose : foncez ! 

Alors oui, j'ai pleuré. Putain j'ai pleuré les 20 derniers % du livre. Une fontaine ! Je me doutais de la fin, biensûr, pas de grand mystère mais je ne garderais pas que ça en mémoire. Je garderais surtout TOUT le reste du roman. 

D'abord, il est superbement écrit. Les personnages ne sont pas attachants parce qu'ils sont malades mais parce qu'ils sont sensibles, drôles, émouvants, captivants ! Oui, même si c'est un drame, j'ai beaucoup rit. Hazel, Gus, Isaac, et même Van Houten, ont des réparties que j'ai adorées ! Ils sont vrais, sans chichi et bouleversants. Et profonds, avec beaucoup d'esprit. Tout en restant accessibles, humains.

L'auteur n'accentue rien pour vous mettre la larmichette exprès, il dépeint avec une certaine sincérité la maladie et ce qu'elle provoque, la lutte et l'envie d'être comme tout le monde. Il évite tous les pièges que tend ce genre d'histoires, il n'y a pas de mélo, d'apitoiement acharné. 

Je ne pouvais pas m'arrêter de lire, même sur la fin. C'est un roman qui chamboule, qui fait surgir tout un panel d'émotions. Certes parfois il m'a rappelé de mauvais souvenirs, c'était dur, mais malgré l'issue fatale, j'ai trouvé qu'il était débordant de vie. Magnifique ! 

La maladie a une part importante, dans le sens où elle fait partie des protagonistes et de leur entourage, mais on finit par l'accepter et se concentrer sur l'essentiel : leur caractère, ce qui leur arrive, leurs échanges. On voyage, même ! 

C'est difficile d'en parler tellement je suis encore toute retournée. Je me suis pris une claque. Quand je l'ai fini, je suis restée pendant cinq minutes sans rien faire, juste encaisser. C'est le genre de roman qui vous donne l'impression d'avoir retiré un filtre et voir le monde autrement, ou encore mieux. Il fait partie des livres que j'aurais envie de lire et relire, et relire. Chose rare. 

Bisous !!

Je garde le casting du film, que je vais d'ailleurs regarder bientôt. *oui, je suis maso*





3 commentaires:

  1. Moi aussi j'ai hésité à le lire, phénomène de mode à l'époque on entendait parler que de CE roman. Une de mes meilleures amies est partie d'un cancer à 34 ans, laissant 2 bots de choux, ma mère se battait conter un cancer du sein...Bref, j'avais pas envie de lire en plus la-dessus.
    ET puis ce n'est pas trop mon style de lecture, les livres qui font pleurer dans les chaumières s’apitoyer sur le sort des acteurs, etc... je suis plus thriller, policier, historique, etc...
    ET puis à force d'entendre tout le monde en parler et de ne pas savoir de quoi on parlait, je me suis lancée. Je l'ai lu (ou pleuré comme tu veux) en une nuit.
    Il ne tombe pas dans la mièvrerie, dans le sentimentalisme à 2 balles... Vraiment bien écrit, j'ai été agréablement surprise.
    Du coup j'ai voulu voir le film dans la foulée, j'ai été déçue. Je ne t'en dis pas plus, tu te feras ton opinion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois qu'on a partagé la même appréhension, perso je ne me suis toujours pas remise de ma perte :/
      Pour le film, ça ne m'étonne pas. Il y a tellement de subtilité dans le bouquin, il donne aussi cette impression d'être dans un cocon avec nos émotions, du coup je ne m'attends pas à grand chose du film.

      Supprimer
  2. Un immense coup de coeur.

    http://booksofshadow.blogspot.com

    RépondreSupprimer